84 Cours du Général Leclerc 33210 Langon
09 61 60 42 23
contact@laurence-harribey.fr

Construire les coopérations rural/urbain de demain

Vague verte en milieu urbain, abstention record, voilà ce que les observateurs ont essentiellement retenu et bien entendu sur les plateaux télé, tout le monde était ravi de ses propres résultats.
Le jeu politique a beau être secoué par le désintérêt croissant du fait électif et par les manifestations de plus en plus pressantes dans la rue, il retombe quasi indubitablement dans les fourches caudines du déjà vu.
Par contre pour qui aime observer, ce sont les visages crispés ou les mines paisibles, les sorties de QG agacées ou souriantes qui en disent plus long.
Très modestement, il me semble surtout qu’au delà du fait abstentionniste inquiétant, le scrutin montre les vagues d’un corps électoral qui cherche une offre politique différente: après la désillusion de 2017, on tente autre chose, en particulier en milieu urbain.
Après une longue période de confinement qui a fait réfléchir sur les fragilités de notre système de santé et sur le sens de notre système économique, et au lendemain des conclusions de la Convention citoyenne sur la transition écologique, il me semble assez logique que les équipes rassemblées autour d’un projet défendant la social-écologie et annonçant des réponses concrètes et locales aient trouvé écho auprès des électeurs qui se sont déplacés.
Si le rassemblement autour de valeurs a payé, au contraire les accords d’appareils de dernière ligne droite ont été bafouées au même titre qu’une certaine manière de faire la politique.
Personnellement je trouve cela plutôt réconfortant mais ma préoccupation c’est la place qui sera celle des solidarités territoriales, notamment les coopérations Rural/urbain et la place des territoires périphériques… sacré chantier en particulier en Gironde.