84 Cours du Général Leclerc 33210 Langon
09 61 60 42 23
contact@laurence-harribey.fr

Réunion avec la préfecture

Une rentrée sous haute surveillance, tel pourrait être le résumé de la réunion de crise initiée par la préfecture avec les parlementaires ce mardi 25 août…
Loin d’un mistigri qu’on refile à son voisin sans précaution, la Covid est partout dans le jeu, et la partie est loin d’être achevée… “Si nous avons initié cette réunion, c’est que la situation sanitaire l’exige”, ce furent les mots d’introduction du Préfet à la sécurité.
Quelques points saillants de cette rencontre avec les services préfectoraux, l’ARS et le Directeur Académique:
➡️ Les chiffres de l’ARS sont éloquents
↪️ le taux d’incidence pour 100 000 habitant connait une augmentation exponentielle à plus de 97 pour l’agglomération bordelaise et plus de 50 au niveau du département
On peut rétorquer qu’on teste plus, ce qui est vrai mais…
↪️ le taux de positivité qui était inférieur à 1 depuis fin mai, est aujourd’hui à 5,4.
👉 L’augmentation du nombre de clusters sont pour l’essentiel le fait de lieux privés
👉 Les hospitalisations et admissions en réanimation contenus mais le brassage des générations et la multiplication des contacts devraient se traduire par une augmentation si les précautions ne sont pas prises et si la vigilance n’est pas maintenue.
➡️ D’où des mesures de plus en plus strictes :
👉 le port du masque de plus en plus généralisé
👉 des sanctions pour les contrevenants : fermeture administrative des établissements ne respectant pas le port du masque.
➡️ Une rentrée scolaire « à la fois simple et complexe », selon le DASEN; maires et enseignants conjugueront ce « tout et son contraire » à la Kafka ou à la Prévert selon le cas…
Mais nous pouvons comprendre que l’important est que les enfants reprennent le chemin de l’école
➡️ D’autres questions ont été soulevées :
👉 Celle de la sensibilisation des bailleurs sociaux concernant les parties communes des résidences qui doivent être considérées comme des lieux publics
👉 Celle des 16 à 17 000 saisonniers qui viennent travailler pour les vendanges, celle des personnes fragiles ou la situation difficile des squats.
➡️ Quant aux masques, rappel que tout employeur doit fournir les masques mais que l’Etat peut faire l’appoint pour les cas de grande fragilité comme le font déjà les collectivités locales depuis le début de la crise.